Installation, récit de recherche | 2013 — 2017

Recit de recherche en évolution, ce projet se présente comme une rêverie technico-poétique autour du stromatholithe : une roche sédimentaire issue de l’activité du vivant.

Les évaporations montrent des récipients de laboratoire circulaires remplis d’une culture de Gloeomargarita lithophora, une souche de cyanobactérie découverte en 2012. Celle-ci présente la particularité de produire des inclusions de calcaire à l’interieur de sa paroie cellulaire. Après évaporation complète du liquide, on obtient un résidu minéral correspondant à la pétrification des cellules. 

Ces formes « stellaires » mettent en doute les frontières actuelles du monde vivant, révèlent aussi notre incapacité à percevoir une réalité matérielle en dehors de notre propre référentiel temporel.

Les utopies techniques sont des croquis inspirés des processus inhérents aux stromatolithes (sédimentation, transformation, écriture du temps). 

Dans Remake, une imprimante 3D élabore un stromatolithe par couches successives, à raison de un mm par an. La confrontation d’un processus naturel mis face à sa doublure technique bioinspirée cherche à susciter les déplacements : l’outil de prototypage rapide se charge t-il d’une nouvelle sensibilité ? Sa lenteur, sa non-finalité, la dimension symbolique du matériau vivant utilisé lui confèrent-il un nouveau statut « techno-esthétique » ?

TECHNIQUE

Supports mixtes : Stromatholithe, dispositif experimental, photographies, vidéo, dessins.

CRÉDITS ACTUELS

Réalisation : Lia Giraud 
Collaboration scientifique :
Karim Benzerara, Feriel Kaddour (UPMC), Simona et Jean-Paul Saint-Martin, Claude Yéprémian (MNHN)
Production : Paris Sciences et Lettres, EnsadLab, Laboratoire Cyanobactéries Cyanotoxines, Environnement (MNHN), Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie (UPMC), Galerie Jocelyn Wolff. 

EXPOSITIONS

Cité Internationale des Arts, Paris, 2013
Galerie Arondit, Paris, 2013
Galerie Jocelyn Wolff, Paris, 2019

A.L.G (Algo-rhythms of Loving Grace)
DIALOGICAL DREAMING